Jeudi 10 Mai

Nikko

Réveil à 6h30, j'ai très bien dormi par terre, pas mal au dos ni rien du tout! Parfait!
Nous prenons notre petit déjeuner dans la chambre grâce aux "victuailles" achetées la veille et vers 7h30, nous quittons le ryokan direction la gare de Nippori. Là nous empruntons la Yamanote jusqu'à la gare de Ueno où nous devons trouver le quai pour Utsunomiya. Nous demandons à un employé en montrant nos tickets car ce n'est pas très évident à comprendre sur les panneaux d'affichage et il nous indique que nous devons descendre. Nous attendons quelques instants, les gens se mettent bien en ligne derrière les traits tracés sur le sol du quai, devant lesquels s'arrêtent les portes du train (précision japonaise quand tu nous tiens!).
Le train rapide super design arrive.

Japonmp_002

Nous nous installons, ça tangue toujours autant, et c'est parti pour 50 minutes. Ca va vite, j'écris quelques cartes postales. Dans le wagon, il y a un panneau lumineux sur lequel défilent les stations et c'est écrit en anglais ce qui est une bonne chose.
A Utsunomiya, nous changeons de train pour en prendre un du même style que la Yamanote, 3 wagons et sièges les uns en face des autres et c'est reparti. Le ronronnement endort Flo pendant que je résiste en regardant le paysage. C'est très vert, il y a beaucoup de rizières et de champs cultivés. Il fait tout gris, mais il ne pleut pas, c'est déjà ça. Il y a quelques occidentaux qui voyagent avec nous dont une fille seule. Ca ne doit pas être évident seul dans ce pays, sans pouvoir communiquer avec les autres... Enfin, j'en sais rien, si ça se trouve elle parle japonais!
Nous arrivons à Nikko vers 10h, nous sortons de la gare et décidons de prendre à droite (au pif), et c'est bon! Nous arrivons à l'office du tourisme où nous récupérons quelques docs. Peut-être irons-nous voir une cascade, mais il faudra prendre un bus, ça dépendra de ce que nous aurons vu et pu faire dans la journée.
Nous empruntons une route et passons devant la caserne des bombeiros (pompiers) japonais (petite dédicace à Marion ;)). 

Japonmp_004

Puis nous arrivons à la première "attraction" de Nikko, le shinkyo ou pont sacré, un pont rouge... Ce dernier n'est ouvert qu'à l'occasion de la fête du sanctuaire de Toshogu et est la reproduction d'un premier ouvrage du XVIIè siècle. Selon la légende, c'est ici que le fondateur du premier ermitage de Nikko aurait traversé la rivière sur le dos de deux serpents géants. Ouais, bon, c'est joli mais sans plus, c'est un pont rouge, pas de quoi "casser trois patins un canard" (spéciale dédicace à Lolotte... j'arrête avec les dédicaces).

Japonmp_010

Nous traversons la route pour nous retrouver dans le parc de Nikko, en bas de grands escaliers, à l'entrée duquel se trouve une stèle nous indiquant qu'il s'agit ici d'un site classé par l'Unesco.

Japonmp_017

Nous montons les escaliers au milieu de la forêt pour arriver devant des bâtiments rouges mais tout a l'air fermé. Bof. On continue et nous arrivons enfin dans un endroit où il y a déjà beaucoup plus de monde et où il semble qu'il y ait un joli temple. Il s'agit du temple Rinnoji.

Japonmp_026

Nous achetons des tickets nous permettant d'accéder à tous les temples du lieu et commençons notre visite. Dans l'édifice principal on peut voir des grandes statues sacrées de Kannon, Amida et Baton Kannon et à l'arrière du temple, une colonne de cuivre qui renferme 10000 volumes de soutras sacrés.

Japonmp_034 Japonmp_035

Il y a pas mal de collégiens, d'écoliers et... de touristes japonais du 3ème, voire 4ème âge. Les bâtiments sont rouges, très jolis, même si les temples commencent un peu à se ressembler. Il y a toujours l'encens qui brûle à l'entrée, la fontaine pour se purifier (il faut se laver les mains et se rincer la bouche) et la cloche. Il y a aussi un petit jardin japonais très bucolique. Nous en faisons le tour, et Flo en profite pour acheter un peu d'encens vendu sur le site.

Japonmp_033

Nous continuons ensuite notre route en empruntant une longue allée de cèdres pour arriver au sanctuaire de Toshogu. Ce dernier fut construit en 1636 et c'est un superbe mélange d'architecture bouddhique (plutôt austère) et shintoïste (plus chargé en dorures et sculptures). L'entrée se fait par une superbe arche, un torii.

Japonmp_040

Sur la gauche se dresse une magnifique pagode à 5 étages (35 mètres de haut) et plus nous avançons et plus nous sommes émerveillées par la beauté des bâtiments (bon "en même temps" il faut un peu aimer ce qui est "chargé"), mais les dorures, scultpures et petits détails sont magnifiques (je vous laisse apprécier avec les photos, et oui, on peut cliquer dessus pour les agrandir! ;))

Japonmp_047 Japonmp_052 Japonmp_055 Japonmp_056

On entre par la porte Omote-mon après laquelle se trouve l'écurie sacrée dont l'auvent comporte la célèbre sculpture des trois singes dont le sens est "ne pas écouter le mal, ne pas dire du mal et ne pas voir le mal". Dans cette écurie il y a un cheval blanc bien vivant!

Japonmp_058 Japonmp_059 Japonmp_064

Puis c'est le portail Yomei-mon, gardé par les rois deva sur les côtés qui ouvre le cœur du sanctuaire. Ce portail incroyable à deux étages se distingue par la complexité de l'architecture et la splendeur des sculptures et décorations.

Japonmp_067 Japonmp_072

Japonmp_093 Japonmp_095

La salle de prière est derrière, il faut se déchausser pour la visiter (des petits casiers pour les chaussures sont prévus à cet effet bien entendu).

P1010356

Nous continuons sur la droite et passons sous un porche (Sakashita-mon) au dessus duquel se trouve le "chat dormant" sacré, protecteur contre le diable (qui comme ne l'indique pas la photo est minuscule!), chat soit disant gravé par un sculpteur de l'époque Edo.

Japonmp_091

Derrière le porche, une grande volée d'escaliers qui mène jusqu'à la tour du trésor d'Okusha. Les escaliers, c'est bon pour les fessiers parait-il... et y'en a beaucoup ici des marches! Les écoliers nous suivent toujours et nous lancent des "hello! hi! hi! hi" à tout bout de champ! L'arrivée en haut se fait dans un grand essoufflement mais la tour proprement dite est un poil décevante (il n'y a plus de dorures ici!). Mais, sous des immenses cèdres, dans ce parc où tout n'est que calme et zen attitude, c'est un enchantement pour les yeux et la tranquillité de l'esprit (trop beau ça!!).

Japonmp_080 Japonmp_087

Il est près de 13h quand nous quittons le site et décidons d'aller manger dans un petit restaurant tout proche, au menu, spaghettis bolognese (faut manger des pâtes quand on fait du sport!). A noter dans l'entrée du restaurant de magnifiques pots d'orchidées, Flo est en admiration, moi j'ai moins la main verte.
Puis nous continuons la visite par le sanctuaire Futarasan, datant de 1619 et édifice le plus ancien de l'ensemble. Pas mal, mais difficile de faire mieux après le Toshogu!

Japonmp_102 Japonmp_103 Japonmp_108

Juste à côté se trouve le mausolée Taiyuin. En fait il s'agit du Toshogu en plus petit. Là aussi des dorures, des escaliers, et sculptures, magnifiques également. Nous y passons une petite heure à tout explorer. En plus ici il y a moins de monde, ce qui rend la visite presque mystique.

Japonmp_119 Japonmp_123 Japonmp_125 Japonmp_126

Japonmp_130 Japonmp_133

Comme nous ne sommes pas complètement crevées, et toujours vaillantes dans l'effort, nous continuons toujours à pied vers la villa impériale de Nikko. Datant de 1899, c'est ici qu'en 1944, l'empereur Akihito (prince à l'époque) séjourna. Elle comporte 106 pièces pour 4500 m². Nous entreprenons la visite en chaussettes bien sûr. C'est très joli, mais un peu vide. Le jardin quant à lui est également charmant.

Japonmp_141 Japonmp_144 Japonmp_146 Japonmp_152

Après ces 25 km de marche, nous décidons d'aller manger une glace, mais la boutique est fermée, du coup plutôt que de redescendre à la gare à pied (et se retaper 25 km, oui, j'exagère), nous décidons de prendre le bus. Tant pis pour la cascade, pas le temps!
Alors comment ça marche le bus? On rentre, on s'assoit et on paye en sortant. Dans le bus encore une foule d'écoliers.
Nous arrivons à la gare plus tôt que prévu rapport à notre train, mais comme nous avons le pass, il suffit qu'il y ait de la place pour monter dans le train. Pas de soucis de ce côté là entre Nikko et Utsunomiya (je fais un somme) et pas de soucis non plus dans le shinkansen. Nous arrivons à Ueno à 18h et allons directement manger des sushis dans notre restau préféré. On nous accueille presque comme des habituées désormais! Toujours aussi délicieux.
Retour au ryokan, internet et dodo à 22h30. Chui prête pour les JO catégorie marche à pied!